La cohérence cardiaque a fait ses preuves dans la prévention des maladies cardio-vasculaires. Et son utilisation régulière est un moyen utile et efficace dans la gestion du stress

Qu’est-ce la cohérence cardiaque ?

Il s’agit d’une technique de contrôle respiratoire ; elle consiste à respirer de façon régulière, profonde, très lente, tout en favorisant l’expiration.

La cohérence cardiaque induit action, mouvement et réactivité, contrairement à la relaxation qui provoque un bien-être momentané. 

Comment faire pratiquement et simplement ?

Les scientifiques parlent de #cohérence cardiaque lorsque le cœur entre en résonance avec une respiration forcée d’environ 6 cycles/minute. 

Il vous suffit donc de faire 6 respirations par minutes (6 expirations et 6 inspirations) pendant environ 5 minutes.

L’exercice sera plus efficace si vous faites cela assis, le dos droit et les pieds au sol.

Il est conseillé de pratiquer l’exercice quotidiennement pendant 15 jours pour observer des résultats tangibles.

Ponctuellement, c’est un bon exercice pour se détendre avant un entretien, avant une communication orale ou avant tout événement qui génère du stress. 

Quelques explications scientifiques

Interaction Cerveau – Coeur

Notre cerveau utilise toute une palette de capacités appelées fonctions cognitives à chaque instant de la journée : la mémoire, l’attention, le langage, les fonctions exécutives (logique, stratégie, planification etc…) et les fonctions visuo-spatiales (orientation, perception de l’environnement etc…).

Or  notre rythme cardiaque devient irrégulier et désordonné dans les cas de stress ou d’émotions négatives. Notre cerveau reçoit des signaux, alors il va empêcher nos fonctions cognitives de fonctionner normalement. Notre émotionnel devient instable.

Le rôle de la respiration dans la régulation du rythme cardiaque

La régulation du rythme cardiaque est due au système nerveux autonome (SNA) et influencée par la respiration.
Le rôle des systèmes sympathique et parasympathique du SNA sont clés dans la régulation de nos fonctions internes.
En effet, le système nerveux parasympathique, stimulé pendant l’expiration, provoque un ralentissement du rythme cardiaque. A l’inverse, inhibé pendant l’inspiration, il provoque une accélération du rythme cardiaque (action du système nerveux sympathique).

Une défaillance conduit à une hyperactivité sympathique et est associée au stress, à l’anxiété et à toute émotion négative pour la santé. A l’inverse un état émotionnel positif favorise une activité cardiaque régulière et renforce les fonctions cognitives.

L’analyse de la variabilité du rythme cardiaque (variation du rythme cardiaque entre chaque battement) est un bon reflet de l’activité du SNA. Plus cette variabilité est élevée (amplitude élevée), meilleure est notre santé.

 

 

Conseil en développement personnel et professionnel