Les derniers articles parus

  • Les soft skills ont le vent en poupe L’intelligence émotionnelle, un critère qui va faire de plus en plus la différence. D’après le dernier article de lci (voir lien ci-dessous), aujourd’hui plus d’un tiers des recruteurs intègrent ces compétences dans leur processus de recrutement et pour la moitié d’entre eux,  elles restent déterminantes pour l’embauche.
  • Du mal à gérer vos priorités ? Le principe d’Eisenhower vous connaissez ? Dwight D. Eisenhower, président des États-Unis d’Amérique (n°34), aurait un jour déclaré : « Ce qui est important est rarement urgent et ce qui est urgent rarement important » (source Wikipedia). Cette citation est à l’origine de la matrice d’Eisenhower, outil précieux pour mieux gérer son temps.
  • Sens politique en entreprise, qualité pour les uns, défaut pour les autres
    Parmi les savoir être que possède un manager ou un dirigeant, le sens politique n’a pas toujours bonne presse au niveau d’une entreprise. Faire preuve de sens politique rime pour beaucoup de personnes avec magouille, manipulation voire malhonnêteté surtout si l’utilisation personnelle qui en est faite est au détriment de l’éthique et de la déontologie.
    Quelle différence entre manipuler et influencer ?
  • Pourquoi s’intéresser à l’intelligence émotionnelle au travail ? Aujourd’hui la notion de bien-être au travail est souvent au centre des préoccupations de l’entreprise, car une bonne intelligence émotionnelle permet d’agir et réagir de façon mieux adaptée, quel que soit le contexte professionnel en permettant d’entretenir de bonnes relations sociales. Une bonne conscience de notre impact sur les autres et une capacité à réguler positivement cet impact sont des gages d’une grande aptitude à collaborer et à véhiculer un esprit de groupe ou d’équipe.


  • L’intelligence émotionnelle au service de l’efficacité d’un groupe Des études(*) menées auprès de groupes expérimentaux ont montré que les groupes réunissant des styles cognitifs variés sont plus efficaces que ceux dont les personnalités sont trop semblables.
    En analysant plus en détail les résultats obtenus, on constate que les groupes les plus intelligents se caractérisent par de nombreux tours de parole (ce facteur présente la plus forte corrélation avec l’intelligence collective): les équipes résolvent mieux les problèmes lorsque leurs membres peuvent s’exprimer à tour de rôle de manière distribuée ...