Remettre à plus tard une tâche importante est quelque chose qui arrive même au meilleur d’entre nous mais si cela devient récurrent, fréquent, et que cela vous empêche de vous réaliser pleinement et vous perturbe dans votre carrière, alors vous êtes certainement une personne sujette à la procrastination.

  • Qu’est-ce que la procrastination ?

Vous faites de la procrastination quand vous remettez à plus tard des choses importantes sur lesquelles vous devriez vous concentrer tout de suite, et ce en général, en faveur de quelque chose qui est plus agréable ou pour lequel vous vous sentez plus à l’aise. La procrastination arrive quand il y a une période significative entre le moment où vous avez l’intention de faire un travail et le moment où vous le faites vraiment.

  • Comment venir à bout de la procrastination ?

Trois étapes clés pour traiter et contrôler votre procrastination

Savoir reconnaître que vous êtes entrain de faire de la procrastination.
La remise d’une tâche sans importance n’est pas nécessairement de la procrastination et cela peut juste être la bonne priorisation ! Si vous avez une raison valable pour reprogrammer quelque chose d’important et que cela est occasionnel, vous ne faites pas de la procrastination.

Mais si vous cherchez simplement une excuse parce que vous ne voulez vraiment le faire, alors vous en faites (remplir des journées avec des tâches non prioritaires, lire plusieurs fois des emails sans décider ce que vous allez en faire, s’asseoir pour commencer un travail important et presque immédiatement faire une pause café, dire régulièrement « oui » aux tâches sans importance que d’autres vous demandent etc.)

Comprendre pourquoi vous faites de la procrastination?
Trouvez-vous ce travail particulièrement désagréable ? Manquez-vous d’organisation? Doutez-vous de vos compétences ou de vos ressources personnelles ? Vous est-il souvent difficile de décider par inquiétude de faire le mauvais choix ? Etc ….

Le fait de faire de la procrastination peut dépendre autant de vous que de la réalisation d’une tâche. Il est donc important de comprendre lequel des deux est le plus approprié dans une situation donnée, pour que vous puissiez choisir la meilleure approche pour surmonter votre répugnance à aller de l’avant.

Devenir proactif et adoptez des stratégies d’anti-procrastination.
Une fois les causes comprises, vous pourrez plus facilement motiver les changements à mettre en œuvre et les ressources à développer. Et plutôt que de lutter et de livrer bataille à votre conflit intérieur, il est plus important d’agir en douceur et de trouver des solutions cohérentes avec qui vous êtes.

Des « méthodes » simples peuvent en plus vous aider à pérenniser de nouveaux comportements : selon le cas, utilisez des techniques de gestion des priorités, récompensez-vous quand vous faites des actions, commencez par des petites actions réalisables plus facilement dans le cas de longs projets, identifiez les conséquences désagréables de ne pas finir la réalisation etc….

Si vous avez envie de changer mais que vous éprouvez des difficultés à agir, le coaching peut être une bonne alternative car il va vous permettre de coupler un travail sur vous dans le respect de qui vous êtes à un plan d’actions pratiques.

Et souvenez-vous que plus longtemps vous pouvez rester sans procrastination, plus grandes sont vos chances de casser cette habitude destructrice.

Conseil en développement personnel et professionnel