Il est reconnu depuis longtemps que faire une pause a un rôle bénéfique pour maintenir une certaine « efficacité » et pourtant combien d’entre vous prennent le temps de faire des pauses ?

Notre croyance par rapport au bienfait de la pause varie aussi avec notre personnalité : suis-je une personne qui préfère prendre une pause une fois que tout mon travail est terminé, convaincue que je pourrai mieux profiter de cette pause ou bien au contraire suis-je une personne qui préfère prendre une pause quand elle en a envie pour mieux se ressourcer et continuer son activité ?

 

Dans le premier cas, il y a des chances que faute de mesurer l’impact négatif sur soi, les activités non-stop s’enchaînent, nous donnant l’impression d’être plus productif (bienvenu aux entrepreneurs).

Si au départ, la pause a été reconnue utile pour éviter l’usure du corps lorsque l’activité est pénible, il est établit de nos jours que le bénéfice de la pause permet également de remédier à la « fatigue mentale » 

Cependant, pour beaucoup d’entre nous, organiser des temps de pause réguliers dans une journée ne fait partie de notre agenda.
Faire une pause n’est pas synonyme de rester à ne rien faire et il est important d’avoir à l’esprit que, bien souvent, s’arrêter pour faire une activité similaire ne permet pas de se ressourcer et d’être plus efficace : un travail manuel devrait donc inciter à faire des pauses de réflexion et une activité principalement axée sur la réflexion devrait inciter à faire une activité manuelle ou une activité physique pendant la pause.
(source blog des experts des neurosciences

Faire des pauses participe donc au bien-être et à l’efficacité personnelle, mais aussi à créer des relations plus importantes au sein de l’entreprise en générant de l’échange informel.

.

 

Conseil en développement personnel et professionnel