Compétences émotionnelles

Posté par:

Etats de Defense - H.LaboritComprendre ses émotions, leurs rôles, leurs messages sont le meilleur moyen d’en faire vos alliés dans vos projets personnels ou professionnels car elles contribuent à votre de bien-être.

Face à une situation déstabilisante, stressante ou ressentie comme agressive, nous cherchons instinctivement une réaction qui nous semble bien adaptée et qui résulte en partie d’un « état de défense aux émotions »que nous avons développé de façon préférentielle. Cependant, cet état est parfois maladroit et excessif car il est lié à des automatismes acquis dans le passé et déconnecté du contexte.

« L’homme entretien de lui une fausse idée qui sous la pelure avantageuse de beaux sentiments et de grandes idées, maintient férocement les dominances. La seule façon d’arracher ces défroques mensongères est d’en démonter les mécanismes et d’en généraliser la connaissance. » H. Laborit

Chaque état de défense est l’expression d’un besoin vital et fondamental non satisfait. Savoir identifier son état de défense permet donc plus facilement de trouver le besoin à satisfaire et donc de mieux gérer son émotionnel. Ceci permet de développer progressivement une communication adaptée et une efficacité relationnelle plus importante.

Selon H. Laborit, il existe 3 états de défense qui conditionnent nos réactions, ces réactions étant différentes selon les situations professionnelles ou personnelles :

  • La lutte : les réactions de lutte développent nos capacités à trancher, à décider, à bousculer et donnent lieu à un management exigent, orienté vers l’action. Inappropriées, elles conduisent à un comportement rigide, agressif qui se traduit par une violence verbale ou physique, une volonté de passer en force … tout en éprouvant des sensations d’énervement, d’agacement et un sentiment de colère ;
  • La fuite : les réactions de fuite développent nos capacités de créativité, de séduction, de mouvement et donnent lieu à un management dynamique, orienté vers la tactique. Inappropriées, elles conduisent à une agitation dans tous les sens, à un éparpillement et à la recherche de solutions tous azimuts … tout en éprouvant des sensations d’angoisse et un sentiment de peur ou d’inquiétude ;
  • Le repli sur soi : les réactions de repli développent nos capacités de réflexion, de prise de recul, de cohésion, d’identification du sens et donnent lieu à un management stratégique et visionnaire. Inappropriées, elles conduisent à un véritable immobilisme, une lenteur physique et psychologique qui empêche d’agir dans la bonne direction, une propension à se dévaloriser … tout en éprouvant une sensation de fatigue et un sentiment de tristesse.

Nous avons tous un état de défense préférentiel mais les trois états cohabitent en nous selon une combinaison particulière.
Le meilleur moyen pour « ramollir » durablement nos réactions de défense lorsqu’elles nuisent à notre bien-être est de nourrir autrement nos besoins.

Nos besoins ne peuvent pas disparaitre mais la façon de les satisfaire peut être améliorée ou transformée. Il nous est donc possible de progresser en cherchant à agir de façon différente.

  Dans la même thématique

Commentaires

  1. Pacau  octobre 25, 2013

    merci pour ce post que Goleman ne renierai pas 🙂
    je constate souvent que les DRH et RH on souvent intégré la logique d’intelligence émotionnelle dans les critères importants d’évaluation.

    répondre

Ajouter un commentaire