Comment mieux faire face aux périodes de changement

Posté par:

Dans la vie de tout un chacun arrive fatalement un jour un questionnement sur soi et sur notre perspective d’avenir, un moment qui peut correspondre à une diminution de l’estime de soi et à une difficulté à rebondir (source image Ic-academy.eu).

Le besoin de changement se fait alors ressentir. Mais quel changement et comment changer ?

Notre façon de réagir et nous adapter sera différente suivant nos expériences et notre profil (nous pouvons nous sentir naturellement optimiste, voir opportuniste ou au contraire être plutôt hésitant et avoir besoin de plus de temps pour changer.

Pour faire un parallèle avec l’entreprise, le changement d’organisation, souvent subi, nécessite de notre part un processus d’adaptation individuel en tant que salarié.

Hudson a développé un modèle, la roue du changement, qui explique les différentes étapes que nous avons à affronter pour retrouver du sens et de la motivation. Il distingue 2 types de changement.

–       Le changement de type 1, relatif à « l’avoir » de la personne, son comportement et lié à l’extérieur, à son environnement. Ce changement est nécessaire pour stimuler la motivation lors du démarrage d’un nouveau projet par exemple. Il est associé à une phase dynamique et conquérante de haute énergie, positive ou négative (suivant la phase); Professionnellement, cela peut correspondre à certaines adaptations au sein de son activité.

–       Le changement de type 2, relatif à l’être et de type identitaire : ceci correspond à un changement de paradigme, de croyances ou priorités dans les valeurs. Ce changement est associé à une phase de basse énergie ; c’est une phase de crise profonde, de repli sur soi et de recherche de sens avant de pouvoir trouver l’énergie nécessaire pour affronter de nouveaux défis et laisser part à notre créativité, c’est le changement nécessaire pour un nouveau chapitre de vie. Ce type de changement plus important et conséquent est plus long à mettre en œuvre ; Professionnellement, cela peut aboutir à un changement radical d’orientation ou de mode de vie.

Les changements ne sont possibles qu’après une étape de deuil, d’acceptation de la période passée et de la perte éventuelle. Le deuil sera d’autant plus impliquant que la remise en question est importante. Après une période négative et contre-productive, tournée vers le passé et synonyme de refus arrive une période productive permettant de se lancer dans une nouvelle aventure. Notre attitude est positive et tournée vers le futur.

Les changements s’enchaînent souvent à des rythmes très rapides au sein des entreprises, ce qui ne laissent pas suffisamment de temps aux employés pour faire leur « deuil » ; le résultat est un effet contre-productif avec un manque d’envie et de mobilisation pour l’avenir.

La Roue de Hudson permet de mieux  comprendre ce dont nous avons besoin pour vivre nos périodes de changement (nous donner du temps, faire le point, donner du sens, faire un deuil ou travailler son intelligence émotionnelle) et nous permettre de trouver les ressources ou leviers dont nous avons besoin.

  Dans la même thématique
  • No related posts found.

Ajouter un commentaire